LA GIGANTEA

Une légende raconte…

Aux premiers temps, la terre de son ventre enfantait une plante, la Gigantea. Ainsi s’appelait l’arbre magique, qui de ses profondes et longues racines caressait le sol et y ramenait chaque jour une vie nouvelle. En ce temps-là, les pires bourrasques étaient encore des souffles revigorants et les calebasses à peine vidées se remplissaient. En ce temps-là, les tornades ne ravageaient pas les maisons, elles n’emplissaient pas leur bouche de sable, elles ne les emportaient pas au loin, par-dessus les murs, bras et jambes tournoyants. En ce temps là, l’homme avait l’oeil franc et la paix du coeur. En ce temps-là, aux pieds de l’arbre jaillissait « l’or bleu ».

Inspiré de « L’arbre d’amour et de sagesse »
Henri Gougaud, éditions Seuil

Dans un pays imaginaire Makou et sa mère vivent sur des terres désertiques. Chaque jour ils partent à la recherche d’un point d’eau pour survivre.

Un jour, avant que le soleil ne se lève l’enfant rencontre une armée d’êtres hybrides, (moitié-homme, moitié-animal).
Un tyran entouré de ses trois femmes, avide de pouvoir, capture Makou. Enrôlé de force, il rejoint la lutte pour le monopole de l’or bleu, et devient enfant-soldat. Sa vie alors se partage entre rites de survie et souffrance. Mais un rêve poursuit Makou : retrouver sa mère et s’agripper aux branches salvatrices de la Gigantea. A l’aube nouvelle, sous le chant d’une pluie nourricière, la plante magique endormie depuis trop longtemps, repousse enfin. Makou regagne paix et espoir.

Cette histoire fantastique nous offre un voyage original et émouvant grâce à une alchimie créative aux croisements des différents arts. Deux mondes se croisent l’animé et l’inanimé. Acteurs, marionnettes, décors se confondent en multiples personnages. Les jeux aériens et la danse s’inscrivent dans « l’écriture du mouvement », et permettent de créer une théâtralité du geste. La musique, à son tour, rythme cette histoire, intensifie l’action et crée des émotions.

Le théâtre n’est-il pas cet art qui effectue par la fiction, un dialogue perpétuel avec la réalité ?

CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE: Eros P. Galvão et Alejandro Nuñez Flores

ÉQUIPE ARTISTIQUE: Lenuta Dorobantu, Sorin Dorobantu, Eros P. Galvão, Alejandro Nuñez Flores et Sigfrido Riveira.

CONCEPTION MARIONNETTES ET DÉCOR : Eros P Galvão et Alejandro Nuñez Flores

ACCESSOIRES, MASQUES: Claudine Messonnier, Sigfrido Rivera COSTUMES: Maria Adelia, Flaure Diallo

MARIONNETTES: fabriquées par le Théâtre de Marionnette d’Arad (Roumanie)

CHANSONS: Lenuta Dorobantu

MUSIQUE: Denis Verdier

LUMIÈRE: Philippe Guenver

RÉGIE: Ioan Horga